Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2013 6 12 /10 /octobre /2013 09:05

Le ptich : lors d'un concert de Metallica, un jeune roadi se trouve embarqué dans une aventure fantastique et horrifique...

 

Avertissement : si vous n'aimez pas la musique de Metallica, inutile d'aller voir ce film. A l'inverse, si, comme moi, vous avez reçu la claque de votre vie quand vous avez entendu pour la première fois Kill'em All, vous ne pourrez qu'aprécier ce monstrueux concert en 3D !

 

Curieux film tout de même ! D'un côté, une captation live d'environ 1h30 où le groupe aligne une bonne partie de ses plus gros titres (Creeping Death, Ride the Lightning, Enter Sandman, Master of Puppets, Hit the lights..... n'en jetez plus, il n'y a que du bon) avec une énergie toujours aussi phénoménale !! Les ayant vu une dizaine de fois en vrai, quel frisson de pouvoir se délecter de prises de vues totalement incroyable, la caméra passant entre les lights, survolant la foule, plongeant dans la scène... Un gig de Metallica est toujours quelque chose d'énorme, surtout quand le groupe place sa scène au milieu de la salle (une tradition depuis le black album de 1991). Le public se régale, les effets sont énormes (mention spéciale à l'explosion de Lady Justice, qu'on n'avait pas vue en live depuis la tournée And Justice for all en 1988) et la salle communie avec un groupe au sommet de son art.

 

De l'autre côté, on suit les tribulations un peu abstraite d'un tout jeune roadie qui doit interrompre son headbanging pour aller chercher un camion de la tournée qui contient "quelque chose de très important pour le groupe". Servi par d'excellents effets visuels et une mise en scène limpide, ces passages transforment le concert en une sorte de clip géant. Et comme souvent dans les clip, la forme est plus importante que le fond. Mais qu'importe, le spectateur est venu voir James arranguer la foule, Kirk se lancer dans les plus beaux soli de l'histoire du rock, Lars martyriser sa batterie et Robert prouver qu'il est bel et bien le bassiste idéal de Metallica.

 

La 3D, impeccable, magnifie les deux aspects du film et prouve que cette technologie est très loin d'être un gadget quand elle est sérieusement utilisée. Elle donne une profondeur inouïe au spectacle et comme le montage a le bon goût d'utiliser des plans longs, on est littéralement imergé au coeur du concert. Sur la partie de fiction, même remarque : jamais gadget, elle sert les images et implique directement le spectateur, notamment dans cet accident de voiture filmé au ralenti ! La définition de l'image étant au top, on se prend à rêver du futur Blu-ray.

 

Un mot sur le son : ici, il prend toute son ampleur ! Jamais assourdissant, le mixage frôle la perfection, comme à chaque fois avec les Four Horsemen. Ceux qui ont vu le groupe au moins une fois sur scène savent ce que je veux dire. 

 

En clair, Through the Never est le parfait exemple de ce que devrait être une captation de concert ! Metallica étant le plus grand groupe actuel (et ce depuis 30 ans), il est logique que le cinéma lui rende hommage. Enfin !!

 

PS : surtout ne partez pas avant la fin du générique. La captation d'Orion par les musiciens dans une salle vide est absolument fabuleuse !

Metallica , through the never (****)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One