Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 09:26

Le pitch : Un an après que son père ait disparu lors des attentats du 11 septembre, Oskar Schell découvre une clé dans les affaires du défunt. Il décide alors de trouver quelle serrure elle peut bien ouvrir. Mais comment le faire dans une ville de 10 millions d’habitants ?

 

A première vue, Extrêmement fort et incroyablement près n’avait rien d’attirant. Une histoire plutôt farfelue (trouver une serrure dans New York), un sujet pas très rigolo et une approche du 11 septembre quelque peu incongrue aux vues de la bande-annonce.

 

Pourtant, force est de constater que Stephen Daldry (Billy Elliot, The Readers) a réussi son coup et offre un film à la fois palpitant et émouvant.

 

Tourner avec des enfants est toujours complexe. Mais Billy Elliot avait déjà montré toutes les capacités de son réalisateur à le faire. Ici le personnage principal, un gamin de 11 ans, (Thomas Horn, à suivre tant son interprétation est sublime) totalement traumatisé par la perte de son père, n’exprime sa douleur que dans une agressivité verbale qui peut rebuter le spectateur. Mais sa détermination sans faille finit par emporter notre adhésion et l’on comprend sa quête insensée, d’autant que les personnes qu’il va rencontrer dans cette aventure s’avèrent tour à tour touchantes, étonnants et bien loin des clichés que l’on se fait de l’Amérique. Chaque rencontre enrichit les protagonistes et quand Oskar va continuer sa recherche avec son grand père (extraordinaire Max Von Sydow) ,  c’est également un autre pan de son passé qu’il va enfin intégrer à son propre vécu.

 

La force du film est d’éviter tout voyeurisme. Les attentats ne sont pas mis en scène, mais évoqués via la parole du père sur le répondeur familial. Évoqués aussi par la sensation qu’à Oskar de cette journée : le fait d’évacuer l’école, de voir l’affolement autour de lui, de rentrer et d’entendre la voix de son père qui supplie sa femme de ne pas céder à la panique. Extrêmement fort… n’est pas un film sur le 11 septembre, mais sur le traumatisme d’une nation qui n’était pas préparée à un tel choc. Et quand Oskar rejette sa colère sur sa mère, elle-même totalement anéantie par la perte de son mari, on peut clairement comprendre que le film comme une métaphore de la rédemption. En cherchant une chose impossible, Oskar ne fait que chercher une lumière au fond d’un tunnel sans fin.

 

Si l’enfant est extraordinaire dans le film, on peut en dire autant de Tom Hanks , qu’on ne verra que dans les flash-backs. En donnant à son fils le goût de la recherche (il lui fait croire qu’un district fantôme existe à New York), il va lui forger les armes nécessaires pour sa quête insensée. Comme souvent, Tom Hanks habite littéralement son personnage et lui donne corps. Certains ont critiqué cet aspect de son jeu, mais il convient de voir que c’est justement cela qui le rend si puissant. Hanks est véritablement le chef d’orchestre du film, même si son temps d’apparition est faible. Du coup, Sandra Bullocks apparaît plus effacée, mais là aussi, l’histoire dicte cette attitude : détruite par la mort de son mari, elle ne peut pas tourner la page de cette journée maudite. Et elle ne peut pas rechercher le réconfort chez son fils, qui la rend responsable de cette tragédie. Il faudra attendre la dernière partie de l’histoire pour que les liens se recréent entre eux, quand elle découvrira et comprendra la quête d’Oskar.

 

Stephen Daldry signe ici un joli film, loin des canons hollywoodiens, mais empreint d’une sensibilité tout européenne tout en rendant hommage à un New York que l’on ne voit que rarement au cinéma. Et même si l’accueil ne fut sans doute pas à la hauteur de ses espérances (55 millions de recettes mondiales contre 109 pour Billy Elliot), il peut se rassurer sur un point : il reste un merveilleux conteur d’histoire et sait filmer les sentiments humains, qu’ils soient positifs ou négatifs, comme peu de réalisateurs.

 

Extremement fort et incroyablement près (****)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One