Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 10:08

La dernière partie de cet énorme making of (mine de rien, presque 9 heures sur 2 disques) s'achève avec les chansons du film. Essentielles chez Tolkien (certains textes font plusieurs pages), il est logique qu'elles soient reprises dans le film et que leur exécution soit sérieuse.

 

Les nains se taillent la part du lion , ce qui est logique vu que Le Hobbit narre surtout leur histoire, avec deux chansons pleine d'entrain, l'une entonnée en choeur à Cul-de-sac, l'autre chantée à Fondcombe. Dans les deux cas, les paroles respirent le côté bon enfant de la culture naine, leur amour de la fête et de la bonne chère.

 

Mais les choses changent avec le thème des Montagnes embrumées. Bien plus grave, chantée sur un ton plus bas, la chanson de Thörin inspire en fait toute la musique du film et la reprise qui en est faite lors du générique finale rappelle que , toujours chez Jackson, l'entreprise est un tout et que toutes les parties tendent vers le même but : proposer un univers homogène et complet.

 

Enfin, la chanson du roi Gobelin, sans aucun doute la plus drôle du film, est détaillée finement. On peut surtout voir le délire des instrumentistes qui ont profité de la manie de récupérateurs des gobelins pour taper sur tout ce qui leur tombait sous la main.

 

Les dernières images montrent l'avant première à Wellington, en novembre 2012. On sent que la mission s'achève et que Peter Jackson est heureux de rembarquer son public sur la Terre du milieu.

 

En conclusion, cette énorme masse d'information s'est surtout focalisée sur l'aspect humain, sur le travail des décorateurs, des accessoiristes, des scénaristes, des techniciens et des acteurs. Alors que la nouvelle trilogie dérive vers une plus grosse implication du tout numérique, c'est bel et bien l'aspect humain qui prend la part du lion, et non la technique. Film d'artisans à 500 millions de dollars, la trilogie du Hobbit marche dans les pas de son glorieux aîné. Elle n'a pas été faite que pour soutirer quelques billets verts à un public qui en redemandait, mais bien par amour de Tolkien.

 

On regrettera cependant qu'aucune galerie ne soit proposée sur ces disques. Certes, les bouquins sont là pour cela, mais pouvoir visionner les images d'Alan Lee , de John Howe ou des nombreux artistes de Weta sur un très grand écran aurait été formidable.

 

Peut-être pour l'édition longue de La désolation de Smaug ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One