Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 13:16

Le pitch : alors qu’il a évité une catastrophe aérienne, un commandant de bord se trouve mis en accusation d’homicide car il volait ivre.

 

Après quasiment une décennie à avoir travaillé dans le virtuel (Le pôle Express, Beowulf et Le drôle de Noël de Scrooge), Robert Zemeckis a donc décidé de revenir dans le monde réel avec, pour la première fois de sa carrière, un vrai drame, sans aucun artifice, si ce n’est l’accident d’avion qui n’occupe qu’une toute petite place dans le film.

 

Flight n’est pas un film catastrophe. Bien sûr, le crash est impressionnant, mais essentiellement vu du point de vue de l’équipage. Les quelques minutes qui lui sont consacrées ne sont là que pour mettre en place la trame du film, à savoir le combat d’un homme contre ses démons et ses mensonges.

 

Car, comme expliqué dans l’excellent petit making of, le coeur de Flight, c’est un homme qui a passé sa vie à se mentir et qui va continuer à se mentir, rejetant toutes les aides qu’on lui propose et ne trouvant la force de dire la vérité qu’au moment où ses mensonges auraient pu salir une personne pour qui il avait de l’affection.

 

Il fallait un acteur solide pour ce rôle : Denzel Washington l’est. On sait depuis longtemps qu’il peut jouer aussi bien les héros que les personnages troubles. Ici, il joue un pilote alcoolique, qui se réfugie derrière ses soucis pour justifier ses addictions. Et comme très souvent dans ce cas, il nie son problème d’alcool, préférant la transformer en agressivité. Sa rencontre avec une héroïnomane aurait pu lui faire entrevoir la lumière, mais la peur d’aller en prison (même s’il a réussi à éviter la mort de ses passagers, même si le crash est du à un problème mécanique, le fait d’avoir volé en état d’ivresse le met forcément en difficulté) et surtout le refus de voir la vérité en face, l’en empêchera.

 

Il rejettera donc l’aide de cette jeune femme, comme il rejette celle de son avocat, de ses amis du syndicat des pilotes. Le problème vient des autres, pas de lui.

 

Ancien alcoolique, le scénariste de Flight a mis toute son expérience malheureuse dans son histoire. Elle a touché Zemeckis qui l’a donc choisi pour son retour aux prises de vues réelles. Elle a également interpellé Washington qui en avait également fait une priorité.  Avec une telle somme de talent, le résultat ne pouvait qu’être excellent.

 

Il l’est ! Même si l’accueil en France a été mitigé, tant par la presse que par le public, Flight est l’un des meilleurs films de Zemeckis, sans doute le plus désespéré. Seule la dernière scène redonne un peu d’espoir. On est loin de la fantaisie de Retour vers le futur ou de Roger Rabbit, de la naïveté positive de Forrest Gump. Et même quand il s’est aventuré dans des territoires plus « adultes », comme le fabuleux Contact , Seul au monde ou Apparences, jamais il n’a plongé à ce point dans la noirceur de ses personnages. Le seul personnage excentrique du film, interprété par John Goodman, apporte un petit côté « drôle » à cette galerie désespérée.

 

Alors oui, le film paraîtra sans doute long à ceux qui espéraient un film d’action basé sur un accident d’avion. Mais pour tous ceux qui ont connu quelqu’un qui s’est débattu (ou qui se débat) avec l’alcool, même s’il ravive de très mauvais souvenirs, son implacable logique est tout à fait dans la lignée de ces drames cinématographiques qui, régulièrement, tentent de nous faire ouvrir les yeux.

 

Flight mérite donc une deuxième chance en vidéo. Certes, vous ne sauterez pas de votre fauteuil toutes les dix secondes, mais peut-être regarderez vous les gens avec un problème d’alcool d’un autre oeil.

 

Pour le reste, Robert Zemeckis confirme que ses dix ans de virtuel ne l’ont pas rouillé : sa direction d’acteur est toujours aussi magistrale, sa mise en scène toujours aussi élégante ou efficace quand il le faut. Et , même si là n’est pas le propos, sa maîtrise technique est toujours aussi impressionnante. De quoi clouer pas mal de becs.

 
Flight (****)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One