Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 14:43

Le pitch : peu après la mort de son père, les amis d’Alan l’envoie faire une énième cure. Mais en chemin, ils vont être contraint de retrouver une somme énorme que Chow a volé à un trafiquant du Nevada.

 

Si le 2e Very Bad Trip avait été un énorme succès, il lui avait été reproché son côté copier/Coller par rapport au premier, seul le lieu (la Thaïlande à la place de Las Vegas) avait changé. Du coup, Todd Philips et les scénaristes en ont tenu compte et ont construit une histoire totalement différente, centré surtout sur Alan, de loin le personnage le plus apprécié du trio.

 

Mais paradoxalement, le public a quelque peu boudé ce 3e opus et ses recettes aux USA ont été inférieures de près de 60%, passant difficilement la barre des 100 millions. Comme quoi, trop changer une formule qui gagne n’est pas synonyme de victoire.

 

Au delà de ces chiffres, force est de constater que ce que le film a gagné en surprise, il le perd quelque peu en drôleries. Alors que les deux premiers épisodes offraient des situations totalement incongrues du fait qu’on ne savait pas comment les 3 lascars en étaient arrivés là, on est ici face à une « enquête » policière, certes amusante (l’intrusion dans la villa de Marshall est à pleurer de rire) mais où il manque ce grain de folie que l’on attend d’un VBT.

 

C’est sans doute cet aspect plus convenu que le public a sanctionné, même s’il est injuste de dire que le film est raté, comme on a pu le lire ici ou là. On demande à une comédie d’être drôle, Very Bad Trip 3 l’est ! Les dialogues sont toujours aussi salés, Alan creuse encore plus la folie de son personnage (si, c’est possible) et le retour de certains personnages du premier film, dont Pablo (!) permet de boucler la boucle.

 

VBT 3 s’ouvre de toutes façons sur une scène d’anthologie à base de girafe sur une autoroute. En dire plus serait criminel, mais les retardataires se voient privés d’un passage qui prouve qu’Alan est un grand malade. 

 

Une fois le film lancé, la mort du père d’Alan servant de détonateur, le quatuor ne va donc pas tarder à se retrouver dans les ennuis jusqu’au cou. Mais c’est clairement Alan et Chow qui font le film, Phil, Doug et Stu étant rapidement réduits à un rôle de faire-valoir. Les situations cocasses vont s’enchaîner, certaines très réussies, d’autres moins (tout ce qui tourne autour de « l’amour » d’Alan ne m’a guère convaincu). Etonnamment, le film n’hésite pas à supprimer brutalement certains personnages, histoire de dire « La fête est finie ». Le côté potache des deux premiers épisodes disparaît et cela a sans doute aussi conduit à ce semi-échec (même si le film est très largement rentré dans ses frais). Et l'intégration de nouveaux personnages, dont un John Goodman fort éloigné de ses rôles habituels, permet aussi de changer d'atmosphère.

 

Verre à moitié plein ? à moitié vide ? Chacun se fera son opinion. La dernière scène offre in extremis ce que l’on attend d’un Very Bad Trip, mais en forme d’adieu. Car , au delà des chiffres, il est clair que la série va s’arrêter ici. D'ailleurs le slogan français "Tout s'achève" ne laisse aucun doute.

 

Sauf si Alan se lance dans la production d’enfants…

 

Very Bad Trip 3 (***)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One