Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 19:07

Le pitch : profitant d'une faille dans l'espace, un petit groupe de scientifiques et d'astronautes tente de trouver une planète habitable, pour remplacer la Terre, dévastée par la sécheresse et la famine.

 

"Trop long", "Larmoyant", "Sérieux comme un pape", "arrogant"... Pour une fois, Christopher Nolan n'a pas fait l'unanimité. Mais si on regarde en arrière, sa trilogie avait ses détracteurs, certains journalistes n'ont rien compris à Inception et très peu de monde est allé voir Le prestige.

 

Mais pour la première fois, les critiques se sont parfois faites assassines , voire cyniques et injustes. Interstellar n'est pas un blockbusters gonflé aux destructions massives ou aux scènes d'action impressionnante. Ce n'est pas de la SF sans âme ni une franchise ni une séquelle ni un préquelle ni une adaptation de livre, manga, jeu vidéo...

 

Interstellar est tout simplement un film magique et magnifique, porté par le plus beau des sentiments et soutenu par une musique parmi les plus belles entendues ces dernières années.

 

Les frères Nolan n'expliquent pas le pourquoi des tourments de la Terre, ils effleurent à peine le révisionnisme historique opéré par les enseignants (une scène terrifiante d'ailleurs), ils se permettent même de lancer le spectateur dans un maelström narratif qui fait intervenir quelques Deus ex Machina...Croit-on !

 

En fait, Interstellar, à l'exemple de 2001 ou de Contact, se sert de la science fiction pour nous parler de l'homme et de sa condition. A partir d'un sentiment humain , la dernière partie du film éclaire d'un jour nouveau des scènes que l'on pensait insignifiantes dans la première. L'intelligence de l'écriture prend alors tout son sens et il est évident que les deux frères se refusent à toute forme de nivelage par le bas. A notre époque où les Nabilla pullulent , cela fait du bien.

 

Si la foi était au coeur de Contact, l'amour est au centre du film. C'est l'amour de Cooper (joué par McConaughey, toujours aussi prodigieux) pour sa fille Murphy . Comme je l'ai écrit plus haut, il remodèle le film, il le fait avancer, il lui donne des clés insoupçonnés. Au delà de scènes impressionnantes (le passage du trou noir, les visions de Saturne, la planète océan, la planète de glace), ce sont les rapports entre les êtres, les non-dits, les reproches, les mensonges, les vérités que l'on découvre plus tard sur les gens qu'on aiment qui sont le coeur d'Interstellar !

 

Durant la projection de ce jour, quelques abrutis pouffaient durant la séance de la "bibliothèque". Triste de voir qu'il existe des individus étouffés par leur cynisme. Je n'ai pas honte de dire que, pour ma part, c'est l'émotion qui me submergeait.

 

Dans cette histoire où un père se sacrifie pour sauver ses enfants, en sachant pertinemment qu'il ne reverra jamais, c'est son espoir de les revoir tout de même qui va sauver l'humanité. Alors oui, ne vous attendez pas à des batailles spatiales, à des combats contre des créatures féroces, mais bien plus à des conflits intérieurs entre des êtres humains qui tentent de cacher leur fêlure. A titre exemple, la composition de Matt Damon (qui n'apparait pas dans la promo) est extraordinaire, tant elle tranche avec ce qu'on a l'habitude de voir. Nolan n'est pas seulement un technicien habile ou un génie de l'écriture, c'est aussi (surtout) un directeur d'acteur de classe mondiale, l'égal d'un Spielberg (à qui était d'ailleurs destiné le film), d'un Cameron ou d'un Scott. Quant à Anne Hattaway, même si son rôle est en retrait , on est aussi subjugué par sa présence, son autorité, sa fragilité...

 

Cette quête de la perfection s'étend à la musique. J'ai été étonné de voir qu'Hans Zimmer était l'auteur de cette mélodie simple, mais entêtante, répétée à l'infini, enrichie ou minimaliste. On est loin du côté martial de Batman ou Spider-man (je conseille l'excellent module sur la musique de The Amazing Spider-Man 2 sur le Blu-ray) ! Si l'on ajoute plusieurs moment spatiaux totalement silencieux (la même approche que Gravity mais aussi 2001 et 2010), on voit que le réalisateur n'a rien lancé au hasard. Absolument rien !

 

Certains critiques n'ont pas aimé. Tant pis pour eux. Mais pour le spectateur "lambda" qui estime que le cinéma peut lui faire quitter la Terre quelques instants, Interstellar est bel et bien le chef d'oeuvre espéré, une claque instantanée, un classique qui ne pourra que se bonifier encore plus avec le temps.

 

Si vous voulez voir un vrai film de cinéma, intelligent, passionnant, émouvant et spectaculaire, allez voir Interstellar. Les questions que vous vous poserez en sortant seront à la hauteur de ce monument !

 

Rendons donc grâce aux frères Nolan de continuer à sublimer le 7e art, et de refuser la facilité. Interstellar vient de placer la barre tellement haut qu'il devient instantanément le film n°1 de cette année !

Interstellar (*****)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One