Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 07:41
Jupiter Ascending (****)

Le pitch : Jupiter, une jeune immigrée russe découvre qu’elle est l’héritière d’un empire galactique. Rapidement, elle va se trouver au centre d’une guerre d’égo aux conséquences cosmiques.

 

Difficile de résumer un tel film. Difficile aussi de le chroniquer. Ou alors, il faut mettre deux notes : 5/5 pour son aspect visuel absolument incroyable. 2,5/5 pour un scénario qui alterne entre le bien et le pire, entre des envolées qui nous rappelle que les Wachowski ont un jour écrit Matrix et des passages que l’on jurerait sortir de cerveau d’adolescents très attardés. Au final, une note de 4 , sans doute généreuse, mais qui reflète quand même l’impression que j’ai eu du film.

 

Disons le tout de suite, il m’a fallu du temps pour accrocher totalement à la trilogie Matrix. Le premier film comporte, à mon goût, des raccourcis quelque peu facile. Le deuxième se perd dans des considérations philosophiques plutôt pénibles. Mais , à mon humble avis, le troisième constitue un véritable sommet de la SF. Spectaculaire, apportant un lot de réponse plus que satisfaisant (tout en laissant une large part à l’interprétation), il n’hésite pas non plus à mettre définitivement un terme à tout son panthéon). Du coup, je n’ai jamais vraiment compris l’orientation de la carrière des Wachovski passant d’un Speed Racer clairement destiné aux enfants (assez rigolo cependant pour intéresser les adultes) à un Cloud Atlas qui mélange moments franchement ennuyeux et d’autres dignes de Matrix. La production de V pour Vendetta rassura tout de même quelque peu les fans.

 

Jupiter Ascending est une sorte de mix entre toutes les influences du frère et de la soeur (désormais). L’énorme budget (175 millions de dollars, plus que n’importe quel Star Wars) leur a permis de mettre en image ce qu’ils avaient en tête, à savoir un univers dont la richesse ne se retrouve que dans celui de Lucas, mais dont les concepts artistiques sont encore plus radicaux. Ainsi, les vaisseaux évoquent des formes organiques hallucinantes, l’espace y est encore plus coloré que dans Les Gardiens de la Galaxie, la faune extra-terrestre ne se donne aucune limite, servie par des maqullages exceptionnels. Un voyage visuel d’une teneur folle et qui assomme le spectateur dès les premières images. Même les scènes les plus « terre à terre » sont somptueuses. Le duo sait composer de belles images et sait profiter de la technologie la plus récente. 

 

Et comme il ne se donne aucune limite, Jupiter Ascending est un film qu’il faut sans aucun doute voir plusieurs fois pour en apprécier la richesse !

 

Ajoutons y des scènes d'action absolument diaboliques, dont une course poursuite de 11 minutes où Channing Tanum , patinant dans les airs avec ses bottes à réaction, tente d'échapper à des tueurs extra-terrestre. On retrouve ici la patte des Wachowski et leur sens de la mise en scène de l'action. Et comme en plus, ils ont eu la bonne idée de ne pas sur-employer d'écrans verts (pour ces scènes, les cascadeurs étaient filmés en "vrai" suspendus en l'air par des hélicoptères), aucune impression artificielle. Quand aux combats spatiaux, là aussi, on assiste à du très haut de gamme.

 

Dommage cependant que ce superbe écrin soit quelque peu gâché par un scénario qui part parfois dans tous les sens et s'autorise quelques raccourcis étonnants. Ainsi, je n'ai toujours pas bien compris pourquoi Jupiter devenait le centre d'attention de l'empire galactique au coeur de l'histoire. Certains dialogues semblent être écrits par des gamins de 12 ans. On ne retrouve pas la folie et la profondeur de Matrix et des aspects du film sont trop vite survolés (comme la moisson des planètes, ou la la rivalité entre les tenants de l'Empire). Parfois, le film part dans une direction totalement inattendue (Jupiter errant dans la buraucratie impériale pour récupérer le papier qui lui permettra de revendiquer son héritage) , mais on ne retrouve pas la cohérence et le côté très adulte de Matrix. On est parfois plus proche de Speed Racer en fait ! Sans doute échaudée par l'accueil de Cloud Atlas , jugé incompréhensible par certains critiques, le frère et la soeur ont voulu faire quelque chose de plus accessible. Mais à force de simplifier, on est parfois dans le syndrome du bel écrin vide.

 

Mais ne boudons pas notre plaisir : les Wachowski offrent un film jamais ennuyeux, truffé de scènes d'anthologie et dont la puissance visuelle n'a d'égal que les Star Wars. Alors oui, le scénario aurait pu être plus fouillé et les personnages mieux creusés. Mais peut-on en vouloir à deux cinéastes de continuer à tracer un sillon si personnel ? C'est devenu tellement rare de nos jours qu'on peut passer sur les défauts de Jupiter Ascending.

 

Dommage cependant que l'échec relatif du film (il ne se remboursera qu'au niveau mondial et encore de justess) va sans doute nous priver de voir cet univers se prolonger via des séquelles que les W avaient déjà dans leur tête.

 

A moins que l'animé ne prenne le relais ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One