Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 14:54
Independence Day Resurgence (*****)

Le pitch : 20 ans après la victoire de l’humanité sur les Aliens, la Terre est entrée dans une ère de prospérité et de paix, paradoxalement grâce à l’apport de la technologie extra-terrestre. Mais alors que la commémoration du 4 juillet approche, d’étranges signes attestant le retour de l’ennemi apparaissent….

 

Il faudra bien un jour que quelqu’un m’explique la haine viscérale qu’a la critique envers Roland Emmerich ? Parce qu’il veut faire du cinéma populaire et offrir au spectateur des longs métrages plaisants, rythmés, techniquement aboutis et dont le cynisme est absent ? Ou parce qu’il a eu le « malheur » de faire un film patriotique ? 

 

Il est clair que le plus grand succès de Roland Emmerich , Independence Day (plus de 800 millions de dollars de recettes à une époque où la 3D n’existait quasiment pas et où une place de cinéma valait 6 ou 7 dollars) fut un cadeau empoisonné ! Car si les spectateurs se ruaient dans les salles, la critique vomissaient des torrents de bile sur le film. En cause, un président américain ressemblant à Clinton (mais Républicain - il suffit de décoder les dialogues de Vivica Fox) qui prend les commandes d’un chasseur pour repousser une invasion alien ne pouvait que rebuter tous ceux qui nous bassinent avec des idées d’égalité, mais qui crachent sur l’Amérique (le plus souvent sans y être allé) à longueur de leurs articles merdiques.

 

Car si Stargate et Universal Soldier avaient été plutôt bien accueillis (ce qui était d’ailleurs tout à fait logique, ce sont d’excellents films), tout ce que fera Emmerich ensuite sera sujet à critique. Que la technique de Godzilla soit nettement supérieur à tout ce que la Toho a présenté et que l’histoire y soit bien plus intéressante, que The Patriot résume de manière magistrale la naissance de l’Amérique et utilise le digital pour recréer le passé, que ses films catastrophes (Le jour d’Après, 2012) enterrent tout ce que pouvaient tenter la concurrence (comparez le au sympathique San Andreas et voyez la différence !!) ou que son chef d’oeuvre absolu Anonymous soit une véritable leçon de cinéma pour n’importe qui, rien n’y a fait. Et même quand il se prenait quelque peu les pieds dans le tapis avec White house down, mais sans jamais se prendre pour autre chose qu’un cinéaste populaire, les injures ne faiblissaient pas.

 

Avec ID4 resurgence, Emmerich ne fait que tenir une promesse faite au début des années 2000, donner une suite à son méga-hit, mais en laissant le temps véritable se dérouler. Le cinéaste a plusieurs fois qu’il espérait faire une séquelle pour 2016 et le scénario annoncé à l’époque était assez finalement assez proche de celui du film chroniqué : plusieurs années après leur défaite, un vaisseau extra-terrestre plus imposant revient sur Terre afin de récupérer les corps des soldats morts dans la première attaque.

 

Emmerich a donc attendu 20 ans pour que ses acteurs aient vraiment l’âge requis. Il a exploré d’autres univers et a cumulé les succès mondiaux, à l’exception scandaleuse d’Anonymous, mais il a toujours gardé dans un coin de sa tête cette invasion ratée. Et en 2016, il offre enfin aux fans ce qu’ils attendaient depuis longtemps.

 

Car à l’inverse de certains studios qui battent le fer quand il est chaud, Emmerich préfère prendre son temps. Ainsi, en récupérant le casting originel , à l’exception de Will Smith, il peut se concentrer sur une véritable suite et non un reboot déguisé. Car la situation a bien changé depuis 1996. La technologie extraterrestre récupérée dans les vaisseaux abattus a permis à l’humanité d’entrer dans une nouvelle ère, de coloniser la lune, mais aussi de mettre au point de nouvelles armes défensives. Car David, maître d’oeuvre de ce bon en avant, a toujours su qu’ils reviendraient. Le problème est qu’il avait sous-estimé la menace.

 

Plus gros, plus grand, plus fort. La loi des séquelles est ici respectée à la lettre. Le nouveau vaisseau est un monstre de plusieurs milliers de kilomètres de diamètre et les dégâts qu’ils occasionnent sont considérables, mais totalement différents des murs de feu du premier film, qui firent fantasmer les spectateurs dès la première bande annonce. Et la reine Alien est bien plus imposante que les créatures d’ID4. D’ailleurs ceux qui estimaient que les aliens de 1996 étaient sous exploités (le thème était ailleurs) devront modifier leur approche critique. Ils sont bien plus présents, même si Emmerich n’en fait pas le centre de son histoire. On en apprend un peu plus, on les voit plus, on comprend mieux leur armure bio-mécanique, mais le thème reste le même : comment détruire un ennemi bien plus puissant et impitoyable.

 

Ceux qui n’ont vu en 1996 qu’un film patriotique voire nationaliste sont passés à côté de la véritable portée des intentions d’Emmerich à savoir un plaidoyer pour l’unité humaine. A l’heure, où notre planète est déchirée par la guerre, Daesh, la pauvreté ou la pollution, le message de 96 reste un beau témoignage d’optimiste. En 2016, le cinéaste n’a pas changé d’un iota. Il croit en son idée de fraternité humaine et la met au service de sa mise en scène spectaculaire. Car, depuis Moon 44 où il faisait déjà preuve d’une redoutable propension à mettre des univers en image avec trois fois rien, Resurgence utilise le moindre dollars mis à sa disposition. Techniquement, le film est parfait et visuellement, les trouvailles rivalisent avec celles de 96. Car, et cela personne n’ose vraiment le dire, le traitement radical d’ID4 donna un sacré coup de vieux à la SF cinévisuelle.  La guerre des mondes , par exemple, incorpora  ses idées, à savoir présenter une invasion alien d’un point de vue global et humain, en y incorporant des personnages réagissant à une destruction de leur quotidien. Et tous les films de SF qui ont suivi ont intégré cette idée de globalité : Armageddon, Transformers, World War Z ou même Seul sur Mars ne se concentrent plus uniquement sur la seule Amérique.

 

En reprenant ses acteurs de 96, Emmerich ne joue pas sur la nostalgie. Il ne fait que décrire un nouveau chapitre de leur vie, offrant quelques brides des 20 ans écoulés (cela ferait d’ailleurs un fantastique comic book ou un magnifique roman que de raconter cette période). Car chacun a évolué: le président Withmore a vieilli est sa santé a largement décliné, David a obtenu la reconnaissance que sa femme voulait pour lui, Smith est mort en misssion. Et tous les personnages secondaires, que cela soit Pattie (la fille du président), le père de David ou le docteur Okun sont de la partie. Seule Connie manque à l’appel, ce qui permet à Emmerich d’introduire un nouveau personnage en la personne de Charlotte Gainsbourg. La romance artificielle est d’ailleurs l’un des rares points noirs du film. Car si l’actrice française se révèle toujours très bonne quand elle est bien dirigée (c’est le cas ici), on a un peu de mal à croire qu’elle ait pu remplacer Connie dans le coeur de David. Mais ses connaissance faisant avancer l’histoire, on pardonnera cette petite erreur.

 

Reste le souci de la durée. 2 heures, alors que l’original faisait 2H30 et prenait le temps, qui plus est, de présenter personnages et enjeux pendant près de 40 minutes. Là, il est clair que le film a subi des coupes sombres, avec pas mal de pistes abandonnées en cours de route ou pas assez développées. Il en ressort un film ramassé, assumant totalement son statut de long métrage pop corn, mais il faut espérer que, comme le récent Batman Vs Superman, une version longue lui rendra totalement justice.

 

Ceux qui me suivent depuis près de 16 ans savent toute l’estime que je porte à Roland Emmerich. Le cinéaste ne m’a jamais déçu et j’avoue sans aucune honte que je donnerais beaucoup pour le rencontrer et discuter avec lui. Resurgence m’a comblé et sa double vision (en 3D et en 2D) n’a donc rien changé à l’image que j’ai d’Emmerich : un réalisateur qui s’occupe vraiment du public qui paye pour aller au cinéma. Qu’importe si cette séquelle arrive trop tard pour capitaliser sur le triomphe du premier. Le surdoué allemand a respecté à la lettre son engagement initial et j’espère vraiment que les dernières lignes de dialogues du métrage se concrétiseront et qu’on assistera à la bataille finale entre les hommes et les Aliens, mais plus sur Terre, dans l’espace ! Franchement, ce serait plus que mérité !!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Patrice 17/08/2016 23:03

Je ne comprends pas pourquoi vous avez toujours besoin de parlez des "affreuses méchantes critiques qui ne payent pas leur place" pour justifier vos goûts cinématographiques.

Je paye aussi ma place, tout comme vous, et plutôt que de dire "amen" à n'importe quel blockbuster (de type "Captain America 3", "Jurassic World" ou "Independence Day 2") parceque ça fait "boumboum" et que ça (soit disant) détend, je préfère (pour ma part), un cinéma d'"Entertainment" un peu plus abouti à la James Cameron, à la Christopher Nolan, voire le dernier "Batman v Superman (en version longue uniquement)".

Pourquoi autant de haine contre Emmerich ??? Tout simplement parceque ses bandes annonces font rêver (la plupart du temps) et que le résultant est (la plupart du temps) totalement ridicule.
"Independence Day Resurgence" en est le triste exemple !!!
Entre des personnages qui se font des blagues "carambar" pendant qu'une bonne partie de l'humanité meure sous leurs yeux ("je me suis fais pipi dessus" dixit Goldblum devant un Londres anéanti... Funny ???), des CGI datant d'un autre siècle, des envahisseurs plus stupides que nature (voire la reine mère qui tombe dans un piège à la bip-bip le coyote), des acteurs n'ayant rien à jouer, des "idées scénaristiques" à pleurer par terre (voire le grand-père qui se sort du tsunami du siècle en prenant un container comme tremplin... Non mais au secours !!!), un montage totalement aléatoire (on a un début de scène d'action tout de suite coupé par un dialogue inintéressant), une musique ignoble (tintintintintin...), on ne sait plus ce qui est le plus mauvais dans ce film...

Cet avis ne représente que le mien, et tant mieux si vous avez aimé...
Mais de grâce, arrêtez avec les "méchantes critiques pas belles qui n'ont rien compris à ce génie incompris de Emmerich" (critiques que vous semblez adorer lire ou consulter à loisir).
Entre casser systématiquement le cinéma d'Entertainment (que les sites que je consulte comme "Ain't It Cool News", "Dark Horizons", "Ecran Large" ou "Mad Movies" ne font pas) et tout aimer (comme c'est majoritairement votre cas), il y a une demi mesure qui permettrait une plus juste appréciation du cinéma (me semble t'il) !!!

A bon entendeur...

Dave 18/08/2016 09:50

En 1997, alors que SOI n'était qu'un obscur fanzine tiré à quelques dizaines d'exemplaires, j'ai eu la chance de rencontre Marc Toullec à Gerardmer durant le festival Fantastic'arts. Il faut dire que j'avais réussi à trouver dans quel hôtel il logeait et que j'avais tenté le coup en m'y rendant (j'habite à 60 km de Gerardmer).

A l'époque, Mad Movies et Impact représentait vraiment quelque chose pour l'amateur de cinéma fantastique, à savoir que les 2 magazines parlaient du cinéma de genre de manière approfondie, y compris lorsque les journalistes n'avaient pas aimé un film. Rencontrer Toullec était pour moi, alors étudiant en 3e année d'histoire, une opportunité de discuter avec un des acteurs majeurs de la presse cinéma que j'appréciais.

Durant cette discussion, on en était arrivé à ID4. J'avais été surpris de voir que la rédaction avait détesté le film, alors qu'elle avait majoritairement aimé Stargate et Universal Soldier. Pour moi, la grosse différence venait du traitement patriotique d'ID4, mais connaissant déjà bien les USA (j'avais la chance de pouvoir y aller assez régulièrement), je ne comprenais pas vraiment cet acharnement sur un aspect qui fait partie intégrante de la culture américaine.

Toullec confirma que c'est bien cet aspect qui les avait rebuté, ainsi qu'un trop grand focus sur les humains et non les Aliens. Il est vrai qu'ID4 se focalisait plus sur l'union des caractères que sur l'invasion proprement dite. C'est ce qui m'avait séduit en 1996, et sans doute ce qui avait séduit le public. Mais Toullec, qui avait déjà pu voir Mars Attacks, aurait préféré un film plus centré sur les extra-terrestres. Il estimait que la créature était sous-employée et que Emmerich avait fait un film de propagande.

C'était sa vision, et non la mienne. Mais il prit le temps de l'expliquer. Durant la conversation, nous arrivâmes sur le premier point que vous citez , le prix des places. En 96, une place de cinéma était dans les 6-7 euros, ce qui représentait une somme non négligeable pour un étudiant (qui plus est avec charge de famille). Toullec estimait qu'il avait une chance énorme de pouvoir énormément de film en projection de presse, ce qui le rendait peut être plus exigeant car d'une part, il avait plus de point de comparaison que moi et que d'autre part il pouvait sans soucis se déplacer pour un film qu'il détesterait. Au pire, il avait juste perdu du temps.

Pour en revenir à votre message, vous avez votre avis sur le film, j'ai le mien effectivement. Ils ne concordent pas et cela n'a aucune importance.

Mais par contre, oui, et je le dis depuis plus de 20 ans (le premier numéro de SOI est sorti en 1995), je ne supporte pas la critique superficielle. Je ne prends aucun plaisir à les lire, mais étant fondu de cinéma, je les lis car cela m'intéresse toujours de voir comment un film est perçu. Dans l'immense majorité des cas, et c'est encore pire depuis l'explosion d'internet, elles se résument à quelques lignes et des formules interchangeables. Concernant Emmerich, la seule chronique favorable d'Anonymous que j'ai pu lire fut dans un numéro de SFX. Et encore, le chroniqueur réussissait à placer le classique "réalisateur bourrin".

Ayant rencontré d'autres journalistes cinémas depuis, et parlé avec pas mal d'autres blogueurs ou fanzineurs, j'ai pu constater qu'il y a des choses constantes. Et le cassage anti-Emmerich en fait partie. Cela me désole car, je le redis, j'adore le cinéaste et j'adore ses films. Etant quelqu'un qui s'investit dans ce qu'il défend, je n'ai aucune honte à dire que la mauvaise foi dont font preuve certaines critiques envers le réalisateur allemand (certaines sont parfois teintées d'homophobie d'ailleurs) me touche.

Je n'aime pas tout ce qui sort au cinéma. Généralement, quand je n'ai pas aimé un film, je ne le chronique pas. Il suffit de regarder ma page Les chroniques de A à Z pour voir qu'il y a très peu de film en dessous de 2 *. Je ne vois pas l'impression de rajouter du négatif. Ou alors, j'exprime mon sentiment en quelques lignes lors des pages sur le BO.

Si j'ai aimé Civil War, c'est parce que j'y ai retrouvé l'essence du Comics (malgré les différences) et que je suis fan de Marvel depuis 1977. Si j'ai apprécié Jurassic World, c'est que j'y ai retrouvé certaines émotions primaires éprouvées quand j'avais vu le film original de Spielberg. Rien à voir avec du boum boum (là, j'ai l'impression de lire un article de Première, un journal qui a sacrément baissé en qualité depuis la fin des années 80).

Je gère ce site depuis 16 ans et je me doute bien que je ne fait pas l'unanimité. Cela n'a pas d'importance.

On me reproche un manque d'exigence ? Que m'importe également. Au final, c'est effectivement mon argent (et je n'ai ai pas plus que le quidam moyen) qui part dans les places ou les éditions vidéos. Logique donc que je préfère le dépenser pour quelque chose qui me donnera un minimum de plaisir.

Et je n'arrêterais pas avec mes "critiques" sur les critiques. Je suis las de cette paresse intellectuelle qui consiste à dézinguer un film en 4 lignes tout en alignant les clichés ou à condamner un métrage à la seule vue de sa bande annonce. Je n'ai pas la prétention de détenir la vérité (à la différence de certains sites que vous citez), je ne fait que donner mon avis.

Enfin, je tiens à dire que si je suis un grand admirateur de Nolan et Cameron, je sais aussi que ce genre de cinéaste est plus rare qu'un coureur non dopé dans un peloton du tour de France. Et qu'à côté de ces géants peuvent exister des cinéastes qui se soucient du public.

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One