Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 07:04
Voilà ce que c’est que de tenir un blog. Il y manque toujours une liste sur le côté d’articles publiés. Du coup, j’en ai oublié la chronique de Disco, prête depuis près de 3 mois !!

Le pitch : jadis leader d'un groupe disco, les Bee Kings, Didier Travolta, chômeur pro, décide de rechausser les moon boots afin de remporter un concours de danse pour offrir des vacances à son fils. Mais pour ce faire, il s'adresse à une prof de danse classique, histoire de se remettre à jour...

Après le triomphe de Camping, Dubosc et Onteniente aurait pu se reposer sur leurs lauriers et nous faire un Camping 2. Facile, rapide et bien pompe à fric.

Mais c’est mal connaître les deux compères qui ont décidé d’abandonner les tentes igloo et les caravanes pour la ville du Havre et les ambiances Disco !!

Nantis d’un casting d’enfer (Depardieu, Cordy, Le Bihan, Nanty, Béart !!) , le duo met donc en scène les aventures douces-amères de Didier Travolta, concentré de beauf absolu (mais attachant car d’une naïveté rare) et fan de cette musique disco qui mit en transe la planète à la fin des années 70 !!

Didier Travolta, c’est Frank Dubosc qui continue de raconter sa vie. Après l’évocation de ses vacances, il plonge dans les affres de sa jeunesse, au Havre et rend hommage ainsi  à sa ville, sa mère, son quartier…

Beaucoup ont vu dans Disco une accumulation de clichés et un prétexte à se moquer des Havrais. Pourtant, Disco ne fait que montrer de vraies personnes en accentuant juste la caricature. Car des types sapés comme à la fin  des seventies, on en trouve partout. Des types qui ne connaissent que le Buffalo Grill comme restaurant, il y en a dans toutes les régions. Des types continuellement en rade, sans projet à 40 ans, limite SDF si la famille n’était pas là, c’est une réalité en France. Des gens qui vivent dans le souvenir de leur « glorieux » passé, c’est une constante.

Disco ne fait pas plus dans le cliché que Bienvenue chez les Ch’tis. Pourtant, le film de Danny Boon est encensé, celui de
Onteniente, descendu. Allez comprendre. Peut être cette évocation d'une vie qui n'a rien d'artificielle, où l'on attend un peu que la chance vous sourit sans vraiment la provoquer a déplu à une certaines critiques qui ne connaît pas ce monde réel, après tout.

Au-delà de l’aspect Darty, GinFizz, dockers, fête de la Coque et autres, Disco est bien plus qu’un film sur la petite province, celle qui s’ennuie un peu et qui se cherche du divertissement, c’est surtout un regard formidable sur le passé.

Tous les protagonistes vivent avec la nostalgie de leur vie d’avant : Travolta et ses concours de danse, Depardieu et son rôle de batteur dans Martin Circus, Le Bihan ou Béart pleurent leurs amours perdus… Aucun personnage n’est vraiment heureux, n’a vraiment ce qu’il voulait. Chacun cherche une nouvelle chance. Et cette équipe de bras cassés va la trouver au fil du film et au rythme de la musique. Le parfum optimiste qui se dégageait déjà de Camping est ici porté à son paroxysme.
Onteniente filme des gens simples, qui ne font de mal à personne et qui ne veulent que vivre décemment. Pas de discours sophistiqués mais une tranche de vie, tout simplement.

Alors, on peut reprocher un certain relâchement dans le scénario et une fin bien trop prévisible (même si le happy end pur et dur n’est pas présent), certaines situations mal exploitées (l’idylle entre Le Bihan et Chloé Lambert aurait pu donner lieu à plus de scènes) mais là aussi, l’histoire veut coller à une certaine réalité. Dans la vraie vie, les aristocrates n’épousent pas un ex-vendeur d’agenda qui vit chez sa mère, et un docker ne refait pas forcément sa vie amoureuse.

Par contre, il est clair que les scènes de danse n’ont pas été laissées au hasard. Le travail y est impressionnant, Dubosc et ses acolytes ayant vraisemblablement bossé cet aspect. Le film est d’ailleurs techniquement très réussi, avec un montage clair et peu d’effets de frime. Un comble, finalement, pour une histoire sur les apparences et les chemises à paillettes.

Disco n’est pas forcément à la hauteur de ce qu’on espérait, mais il a l’immense mérite de ne pas se prendre pour ce qu’il n’est pas : ce n’est pas une comédie boursouflée ou un étalage d’effets visuels, et encore moins une étude sociologique. C’est tout simplement la tentative sincère d’un acteur qui se cherche encore pour rendre hommage à ses racines et à sa ville.

Partager cet article

Repost 0
Published by David Martin - dans Chroniques Cinéma
commenter cet article

commentaires

Pénélope 13/10/2008 10:01

Bonjour !
J'adore ta critique, j'ai pensé la même chose de ce film qui est à la fois divertissant et attachant ! J'ai écrit ma petite critique dans mon blog, tu peux venir y faire un tour si tu veux, tu es le bienvenu, c'est "entrée libre" !
Bisous,
Pénélope

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One