Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 08:43

Après le raz de marée en salle, Disney prépare la sortie vidéo de l'épisode VII. Une édition DVD, une autre en Blu-Ray, mais surprise, pas d'édition Blu-Ray 3D.

 

D'où une question  ? Ne nous préparerait-on pas une "ultime" édition d'ici la fin de l'année ? Avant la sortie de Rogue One par exemple ?

 

En attendant, la bande annonce du Blu-Ray promet beaucoup : un "long" documentaire, des scènes coupées, des interviews, un focus sur BB8. Cela dit, pour arriver au niveau des bonus des épisodes I à VI, il va falloir se lever tôt. Car, si l'on prend l'exemple Marvel, on a pu voir une sacrée baisse de qualité entre les éditions d'avant et après Disney (comparez le DVD d'Iron Man I et celui du III, c'est le jour et la nuit). 

 

Qui vivra verra.

Partager cet article
Repost0
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 21:29

C'est un record qui aura bien du mal à tomber ! Le réveil de la force vient donc de passer la barre des 900 millions de dollars aux USA lors de son 52eme jour d'exploitation.

 

L'épisode VII avait déjà été le plus rapide pour passer toutes les barres de 100 à 800 millions. Avatar s'était arrêté à 750 millions. Ces 900 sont donc une première.

 

Maintenant, comme toujours, le prix des places augmentant régulièrement, il est donc logique que les records soient battus régulièrement. Il est bien dommage que les studios ne communiquent pas le nombre de tickets vendus. Ainsi, BO Mojo insistait sur le fait que La menance fantôme avait vendu  autant de place que Le réveil de la Force quand ce dernier passait la barre de 600.

 

En attendant, les analystes avaient sous-estimé le film, estimant qu'il irait sans doute au delà de 600 millions et rattraperait Jurassic World, mais jamais qu'il dépasserait Avatar puis 800 puis 900 millions.

 

Mais les arbres n'atteignent pas le ciel. Le réveil de la force n'est plus dans le top 5 et la décrue est désormais irréversible. Encore une quinzaine de millions voire vingt puis le film continuera sa carrière en vidéo.

Au niveau mondial, encore 2 petits millions, et la barre de 2 milliards sera franchie. Seul Avatar l'avait fait avant lui. Titanic aura eu besoin de la ressortie de 2011 en 3D.

 

Et en nombre de tickets vendus ? Autant en emporte le vent reste toujours premier.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 21:09

Si Rogue One est toujours prévu en décembre prochain, il faudra attendre 6 mois de plus que prévu pour découvrir l'épisode VIII. En effet, par une jeu de chaise musicale un peu pervers, le reboot de Spider-man sort le 7 juillet 2017. Or, c'était la date de Pirates des caraïbes 5. Jack Sparrow sortira donc plus tôt, le 25 mai. Disney avait pourtant coché cette case pour l'épisode VIII, ce qui aurait pu coïncider avec les 40 ans de la sortie d'Un nouvel espoir.

 

Donc, Episode VII est décalé au 15 décembre 2017 ! 10 jours avant Avatar 2 !

 

De deux choses l'une ! Soit Disney a une confiance absolue pour la suite des aventures de Rey et de Luke et pense qu'elles pourront battre la séquelle très attendu du chef d'oeuvre de James Cameron.

Soit Disney se dit que 6 mois supplémentaires ne seront pas de trop pour finaliser ce nouvel opus. Rappelons que Lucas n'a jamais transigé : pour lui, il faut 3 ans pour faire un bon Star Wars ! Là, on aurait eu 18 mois. C'est trop court, même quand on dispose d'un budget illimité.

 

Bref, tous ces changements risquent d'avoir des conséquences sur le BO. Parce qu'une chose est sûre : je ne vois pas deux films de SF tirer en même temps leur épingle du jeu. Disney prend un risque énorme !

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:59
Les 2 moments clé de L'attaque des clones

Si la Menace fantôme ne fut pas toujours très bien accueilli, L'attaque des clones fut très critiquée pour sa romance, un peu trop fleur bleue aux yeux des fans pur et dur. Pourtant cet épisode central de la prélogie mettait en place toute la conclusion de l'histoire et comme pour L'Empire contre attaque ne possédait pas vraiment de début et de fin, mais se terminait sur une foule de questions ouvertes.

 

LA scène d'action 

L'attaque des clones contient plusieurs morceaux de bravoure : la poursuite de speeders sur Corruscant, la relecture de la scène du champ d'astéroïdes de l'épisode V ou le combat dans l'arène où l'ajout de protagonistes va amener les Jedi à mener leur plus grande bataille, sans oublier le duel entre Yoda et Dooku.

 

Mais la scène qui les surclasse tous, c'est évidemment le démarrage "officielle" de la guerre des clones, une scène que les fans anglophones attendaient depuis 1977 ("Vous avez fait la guerre des Clones ?" dit Luke à Obi-Wan) vu que la traduction française nous parlait de "guerre noire". Et comme Lucas a pris un malin plaisir à prendre tout le monde à revers, il envoie à l'écran de multiples scénettes pour montrer comment se déroule cette première bataille sur Géonosis. En utilisant des missiles, de la fumée, de la poussière, cette première escarmourche se démarque profondément des scènes classiques de bataille spatiale. Le but est de plonger le spectateur au coeur de l'action, le faisant avancer avec les clones ou avec les armées séparatistes. Le déploiement de la technologie guerrière de la République, dont tous les appareils préfigurent ceux de l'Empire (et par extension, mais celà Abrams ne l'avouera jamais, ceux du Premier ordre) laisse forcément pantois. Il est clair que Palpatine préparait ce moment depuis des années. L'idée de transformer les Jedi en généraux de cette armée montre également que l'ordre va devoir s'impliquer bien plus qu'il ne le voudrait et qu'il se trouve, sans le savoir, englué dans un vaste complot. Seul Yoda perçoit l'ironie de la chose ("Tu appelles cela une victoire ?").

 

Les moyens technologiques considérables d'ILM permettent à Lucas de donner vie à son rêve. Tous les clones sont en images de synthèse, y compris ceux en plan très rapproché, les décors miniatures sont inondés par des mlliers de combattants virtuels, des armes, de la fumée, des traînées de missiles, de laser... L'une des plus "belles" images est celle où les Clones avancent dans la poussière tout en faisant feu de leurs blasters. Lucas renvoie la bataille de Géonosis aux combats dans le désert africain de la 2e guerre mondiale.

 

Forcément frustrante (après tout, la vision de cette bataille ne dure que quelques minutes), le déclenchement de la guerre des clones est l'aboutissement du film, en gestation depuis les premières scènes. Elle permet de comprendre tout le travail dans l'ombre de Dark Sidious (qui n'apparait donc ainsi qu'une fois dans le métrage, lors de sa rencontre avec Dooku) et la façon dont son plan s'est déroulé depuis des lustres.

 

Cette scène connaîtra son climax avec la bataille au dessus de Coruscant qui ouvre La revanche des Sith. Lucas usera du même artifice à savoir des scènes courtes montrant les deux camps et offrant une guerre sans pitié. Pour les fanatiques pur et dur, il faudra donc se tourner vers l'animation pour se repaître à foison de la guerre des clons ! Deux séries en animation classique (dont la 2e emmène directement à La revanche des sith) puis 5 en image 3D, précédé d'un film qui aura les honneurs du grand écran (mais pas son box office). Avec cette série, les scénaristes s'amuseront à explorer à fond l'univers Star Wars, à jeter des ponts pour le futur (Anakin qui rencontre et apprécie Tarkin par exemple) et à compléter habilement la superbe série de Comics (10 volumes parus chez Delcourt). Le fan ne peut qu'être satisfait.

 

La scène clé : l'aveu de Padmé.

 

Je l'ai déjà écrit. Pour moi, la plus belle scène de la saga est celle où Padmé avoue son amour à Anakin. Avec très peu d'effets visuels, des dialogues murmurés et une douceur incomparable (regardez le contraste de la lumière avec celle éclatante de la scène qui va suivre), l'aveu de Padmé est le sommet de la saga. C'est aussi le moment qui scelle le destin d'Anakin. Si la mort de sa mère et le massacre des hommes des sables l'avaient déjà écarté de la lumière (en VO, on entend Qui-Gon hurler "Anakin , non !!" à ce moment), c'est paradoxalement cet aveu qui va l'attacher au côté obscur puisque la crainte de perdre sa femme l'amènera à se mettre totalement sous la coupe de Palpatine. Le baiser qu'ils échangent en entrant dans l'arène est  le climax de leur relation. Mais savent-ils qu'il porte en germe leur destruction ?

 

Georges Lucas a clairement opté pour une chute "romantique" et non pas un classique désir de vengeance. C'est avec cette scène que le destin d'Anakin prend alors tout son sens.

Les 2 moments clé de L'attaque des clones
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 12:09
Les 2 moments clés de La menace fantôme

La sortie du Réveil de la Force m'a incité à revenir sur les 6 premiers films. Mais plutôt que de republier les chroniques de l'ancien SOI, j'ai choisi de faire une toute nouvelle série d'article reprenant à chaque fois 2 scènes de chaque film : une scène d'action et une scène de "dialogue" qui permettent de mieux comprendre les intentions de Georges Lucas.

 

Commençons donc avec La menace fantôme. L'opus le moins aimé de la saga est pourtant la pierre fondatrice de tous les films. Mais le public n'a pas aimé qu'on lui montre Anakin enfant . Enfin, c'est ce que disent les "vrais connaisseurs de Star Wars", les auto-proclamés Gardiens du temple. La vérité, c'est que La menace fantôme connut en 1999 un succès aussi grand en terme de tickets vendus que Le réveil de la force, mais passons.

 

LA scène d'action

 

Sans contexte, c'est la course de module ! La claque ressentie par tous les spectateurs lors de la première vision du film est réelle ! Même si on peut critiquer son aspect superflu dans l'histoire (après tout, Qui Gon aurait peut être pu obtenir les pièces manquantes de la part de Watoo de manière un peu plus "musclée" et sans risquer la vie d'Anakin), elle représente l'un des aspects les plus forts de la personnalité de Lucas. Le cinéaste aime la vitesse et on sait que son rêve, avant d'embrasser le cinéma, était la course automobile. Un accident de voiture le dissuada de suivre cette voie, mais la vitesse, et les voitures, sont restées dans son oeuvre. Une partie d'American Graffiti se passe à l'arrière de décapotable par exemple. Et dans le making of du Retour du Jedi (visible sur la face 4 du Laserdisc Pal de 1994), il estime avoir introduit la vitesse dans le montage de ses films, ce qui est particulièrement vrai d'ailleurs dans le dernier tiers de Jedi.

 

Ici, c'est un hommage clair à la course automobile (mais aussi à Ben Hur : l'arène, les 3 tours, la traitrise de Sebulba) que rend Lucas. Précédée par une scène extraordinaire où les porte-drapeaux (dont un C3PO tout nu) défilent devant les modules, la course est un moment d'anthologie de près de 10 minutes, quasiment sans musique, sauf dans sa dernière partie. Traitée à la manière d'un jeu vidéo (le jeu issu de cette scène fut d'ailleurs l'un des must de 1999), dans les splendides "décors" de Tatouine, elle se divise en 3 parties : le départ raté d'Anakin, sa remontée spectaculaire et son duel final avec Sébulba, moment où réapparait la musique. Avant cela, ce sont les effets sonores avant/arrières qui se paient la part du lion. Le travail sur le son effectué par Skywalker sound est époustouflant et donne une crédibilité démentielle aux images. Il suffit de comparer avec les images de tournages de Jake Loyld devant un fond bleu. La vitesse est à l'honneur, avec des scènes très courtes, des apparitions furtives (les hommes des sables, une chasseuse de prime) et des aller/retour incessants sur les différents concurrents. Mais si on décortique bien les cadrages, on peut voir qu'il n'y a pas d'effets de caméras virevoltants ou totalement impossible. Finalement très sages, les cadrages se "contentent" de lire l'action et ne perdent jamais le spectateur.

 

La tension monte avec le sabotage du module d'Anakin et, même si l'on se doute, de l'issue finale, le petit suspens induit donne plus de relief encore à la scène. Enfin, les quelques passages sur les visages de Qui-Gon ou Padmé montrent bien qu'ils ne sont pas franchement certains de l'issue de la course, même le Jedi qui a clairement "pressenti" la victoire d'Anakin et sait que la force est son plus grand alliée.

 

La course , au delà de son aspect ultra spectaculaire (et qui fut encore accentuée par la 3D lors de la ressortie en 2011), est également là pour montrer les qualités exceptionnelles de pilote d'Anakin (Obi-Wan ne dit-il pas à Luke "Quand j'ai rencontré ton père, c'était déjà un grand pilote" ? Et dans une scène coupée d'Un nouvel espoir, présent dans la BD, un des leaders rebelles dit à Luke "Votre père était un grand pilote") ! Cette idée sera reprise dans la scène où Anakin parvient à s'échapper du vaisseau séparatiste (Ca , c'est une course de module) et sous-entend tous ses exploits futurs des épisodes II et III. Mais c'est également cette facilité qui va le rendre arrogant. Anakin sait qu'il est talentueux et cette victoire est peut être son premier pas vers le côté obscur.

 

La scène clé : la mort de Qui-Gon Jin

 

Pour moi, la mort du maître d'Obi Wan est sans nul doute la première raison de la destinée d'Anakin. Pourquoi ? Parce qu'il aurait été un bien meilleur maître pour Anakin qu'Obi-Wan. On le sait, Obi-Wan suit la règle Jedi à la lettre alors que Qui-Gon y est moins fidèle ("Si vous vous conformiez plus à la règle, vous feriez partie du conseil"). Or, pour garder Anakin du côté lumineux, il fallait quelqu'un pour le comprendre. On peut penser que Qui Gon aurait compris l'amour qu'Anakin portait à Padmé. L'aurait-il encouragé ? Aurait-il apprécié le mariage secret ? Nul ne le sait, mais avec Qui-Gon, Anakin aurait eu un vrai confident et non un mentor rigide. Il ne se serait pas tourné vers Palpatine qui a très vite compris comment il pouvait manipuler le jeune Jedi. Même Dooku le dit quand il parle avec Obi-Wan, estimant que Qui-Gon l'aurait rejoint du côté séparatiste. Le Jedi assassiné par Dark Maul est un non-conformiste et il estime que les règles de l'ordre sont trop dures.

 

Mais surtout, si Qui-Gon avait pu être le maître d'Anakin, Obi-Wan ne l'aurait pas été. Or, c'est à contrecoeur qu'il accepte cette mission. Il l'accepte car c'est la dernière requête de son maître. Mais il se méfie d'Anakin ("Le garçon est dangereux, ils le savent tous") et l'animosité entre eux va grandir tout au long de l'épisode 2. Mine de rien, Anakin rend Obi-Wan responsable de la mort de sa mère. Et si dans le premier acte de La revanche des Sith, leurs rapports se sont améliorés, c'est surtout parce qu'ils sont égaux dans l'ordre et qu'Obi-Wan a enfin accepté les qualités de son Padawan.

 

Avec un autre maître, Anakin aurait eu un autre destin. Palpatine ne l'aurait pas manipulé aussi facilement et sans doute aurait-il quitté l'ordre pour élever son enfant sur Naboo.

 

Mais le geste de Dark Maul en aura décidé autrement.

 

Les 2 moments clés de La menace fantôme
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 10:14
L'épisode VII dépasse les 800 millions mondiaux en une semaine

Ce n'est plus un triomphe, ni même un phénomène de masse ! C'est carrément quelque chose qui dépasse tout ce que les plus optimistes pouvaient espérer.

 

Depuis sa sortie en Europe le mercredi 16 décembre, en une semaine, Le réveil de la Force a accumulé 819 millions de recettes mondiales, dont 391 aux USA ! Pour donner un ordre d'idée, c'est à peu près les recettes de SPECTRE depuis sa sortie.

 

Le film est sorti à peu près partout, sauf en Chine (un énorme marché) et il est évident que la barre du milliard sera atteinte avant la fin du week end. Box Office Mojo prévoit 175 millions de dollars entre vendredi et dimanche soir aux USA !! Les records vont donc continuer à tomber ! 

 

Alors, si on peut critiquer certains aspects du film (ma 2e chronique, avec plus de références à l'histoire sera en ligne la semaine prochaine), le public n'en a cure ! Le retour de Han Solo et de la princesse Leia enflamme les foules et fait exploser le box office mondial. Ceux qui espéraient un tassement de la saga en sont pour leur frais. La nouvelle direction de la saga a visiblement plu et la machine Disney fait le reste.

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 21:59
Le réveil de la force (**** 1/2 *)

 

Le pitch : 30 après la mort de l’Empereur et du retour d’Anakin du côté lumineux de la force, de nouveaux soubresauts agitent la galaxie.

 

Note : cette première chronique se veut délibérément « spoiler free ». Une autre sera mise en ligne dans quelques jours quand la majorité des fans de la saga auront vu le film, car il n’y a rien de pire que de déflorer la surprise d’une intrigue.

 

10 après l’apothéose qu’a représentée La revanche des Sith, film qui mettait un terme à toute l’histoire d’Anakin, la saga la plus célèbre de tous les temps revient dans un métrage qui se veut à la fois hommage, relecture et bond en avant. Autant le dire de suite, mais JJ Abrams et Lawrence Kasdan ont réussi, en très grande partie, leur pari et cet épisode VII ne fait pas honte à Star Wars.

 

il fallait un sacré courage pour s’attaquer à un tel mythe, d’autant que Georges Lucas est désormais sur le côté de la scène (d’après les rumeurs aucune de ses idées n’ont été retenues pour cet épisode), mais que son ombre reste présente. Après tout, Star Wars est son oeuvre, une oeuvre qu’il a toujours maîtrisé de A à Z, s’en se soucier des critiques ou du quand dira-t-on. Que cela soit pour la « révision » numérique des 4,5,6 ou de la prélogie dans laquelle il a raconté l’histoire qu’il avait en tête et non l’histoire que le gens voulaient voir, Lucas n’a jamais laissé personne interférer dans son oeuvre. Le travail d’écriture d’Abrams et Kasdan n’en est que plus méritoire.

 

La première bonne idée est de situer l’action 30 ans dans le futur, ce qui permet d’utiliser les personnages de la trilogie classique. Le temps a passé pour eux et le scénario s’en sert allègrement. Bien sûr, pour combler les trous entre Jedi et Réveil, il faudra sans doute se tourner vers les Comics ou les romans de l’univers étendu (voire , pourquoi pas, une nouvelle série d’animation) car on sait que les spin-off prévus par Disney se dérouleront avant Un nouvel espoir. Mais même ainsi, le carton d’introduction nous met tout de suite dans le bain. A ce propos, quelques journalistes estiment que l’on peut voir Le réveil de la force sans avoir vu les 6 premiers opus de la saga. Je m’inscris totalement en faux car le nombre de référence aux épisodes 4,5,6 sont nombreuses. Difficile, à mon avis, aux néophytes de s’y retrouver. Ce qui ne fut pas le cas de La menace fantôme.

 

Très rapidement, le film prend son rythme de croisière, c’est à dire un rythme soutenu et très rapide. La présentation des nouveaux personnages est relativement bien fichue, ce qui est une bonne chose car ils soutiennent à eux seuls le premier tiers du film. A ce petit jeu, Daisy Ridley est LA révélation du film ! Une présence incroyable, des plans iconiques en diable et surtout, surtout l’impression que la jeune actrice a toujours fait partie de la saga. Là, où Natalie Portman devait se partager entre Amidala et Padmé, Daisy n’a qu’un rôle à jouer, même si ses origines sont encore bien mystérieuses. A ces côtés, John Boyega a un petit plus de mal à s’imposer en Stormtroopers changeant de camp, mais son rôle est forcément moins évident à tenir. Je passerai plus rapidement sur Oscar Isaac , le pilote de X-Wing Poe Dameron. Son charisme est évident, mais son rôle dans le premier acte est plutôt réduit, à la différence de celui qu’il aura dans le 3e acte. Enfin, le nouveau droïde vedette BB8, sans être aussi iconique que R2-D2, mérite bien sa place dans cette galaxie lointaine. Son aspect tout rond le rend très original qui plus est.

 

Du côté des « méchants », Adam Driver devrait gagner en épaisseur dans les épisodes suivants (mais ses actes en font déjà un bad guy digne de ce nom), le mystérieux Snoke, leader du Premier Ordre (l’organisation qui a pris le relais de l’Empire) semble tirer des ficelles encore bien obscures. Si on ajoute une organisation post-impériale clairement inspirée du 3e Reich, on se doute que la Galaxie est plutôt mal barrée. Par contre, déception pour le capitaine Phasma, interprétée par Gwendoline Christie. Son personnage figure en bonne place dans la promotion, j’ai même acheté sa figurine. Mais si on la voit 5 minutes à l’écran, c’est le bout du monde !!!

 

Au passage, 007 est dans le film ! Si si !! Il joue le rôle d’un Stromptroopers « influençable ».

 

Le premier acte navigue donc entre nouveautés, présentation des enjeux et…nostalgie via les nombreux plans témoins où les machines impériales gisent sur le sol de Jaaku (qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Tintouine, d’ailleurs).

 

L’arrivée dans le deuxième acte des stars de la première trilogie renforce encore cette nostalgie. Les plans qui vous ont fait baver dans la bande annonce (Chewie, we’re home ! déjà culte) sont là et renforce la magie du film. La rencontre entre ancienne et nouvelle génération se fait sans accroc et certains mystères commencent à se dévoiler. Petit à petit, l’intrigue avance vers son dénouement, ses révélations, ses questions qui sont pour le moment sans réponse, ses drames… Bien entendu, pas de Star Wars sans bataille spatiale ou de duels aux sabres laser ! Que les fans se rassurent, tout y est. Et quand le dernier plan du film, extraordinaire, précède le générique de fin, on peut respirer ! Abrams n’a pas galvaudé Star Wars, ne l’a pas réduit à des canons « Disney ». Et même si le film n’est pas parfait (je vais y venir), il remplit totalement son rôle de premier épisode d’une nouvelle trilogie !!

 

Cependant Le réveil de la Force souffre de deux défauts.

 

Le premier, c’est qu’aucune de ses scènes d’actions ne restent immédiatement dans la mémoire. En 1999, j’avais été quelque peu dérouté par La menace fantôme, m’attendant, comme tout le monde, à voir Dark Vador entamer la purge Jedi. Mais en sortant de la salle, reprenant ma voiture de nuit (avant première à minuit oblige) , j’avais les images de la course de module et du duel entre Dark Maul, ObiWan et Qui Gon Jin dans la tête ! Là, c’est plutôt l’impression d’une grande homogénéité, mais finalement pas de scènes « +++ » ! La bataille sur Hoth ou l’affrontement entre Anakin et ObiWan sur Mustaphar ont de beaux jours devant eux.

 

Le deuxième tient en certains aspects du scénario où le duo a joué la sécurité, là où Lucas avait bien plus audacieux, aux risques de perdre une partie de son public. Sans rien dévoiler de l’intrigue, la dernière partie reprend certains thèmes déjà vues dans les épisodes IV et VI. Et surtout cette impression tenace que rien n’a vraiment changé malgré la chute de l’Empire. Sur ce point, les romans et les BDs de l’univers étendu étaient bien plus audacieux !

 

Mais il est clair qu’une nouvelle vision sera nécessaire ! Star Wars est si riche qu’il faut du temps pour en saisir toutes les facettes.

 

En attendant, vous pouvez allez voir Le réveil de la force en toute confiance ! Que vous soyez fan HC ou simple padawan, vous ne serez pas déçu.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 07:19
3 fausses idées sur la prélogie

L'approche de la sortie de l'épisode VII (mine de rien, c'est dans 8 jours !!!) amène pas mal de commentateurs à revenir sur le passé et à comparer ce nouvel épisode avec les précédents. Et dans ces commentaires, reviennent souvent des idées fausses , les mêmes depuis 1999 (voire 1997). En voici quelques trois.

 

1 - La prélogie, c'est du "tout-numérique" !!

Savez vous que La menace fantôme contient plus de de maquettes que les épisodes IV, V et VI ? Que le décor de Kamino où Obi-Wan discute avec Lama Su est une miniature ? Que des cotons tiges figurèrent les spectateurs de la course de Podrace ? Que Mustafar et Atapau sont constituées en partie de miniatures ?

Contrairement à ce qui est dit, Lucas avait fait le pari de mélanger les différentes techniques d'effets visuels. Si les effets numériques se taillaient la part du lion, décors miniatures, maquettes de vaisseau, latex furent massivement utilisés. Même certains plans de Jar Jar Binks en sont pas numériques. Le passage où l'on ne voit que ses pieds quand il dort dans le vaisseau de la Reine (au moment où Anakin offre un petit bijou à Padmé) est en fait le comédien chargé de le présenter en "vrai" sur le plateau afin que ses partenaires sachent où regarder lors du tournage.

 

2 - La prélogie a massivement déçu les fans !!

Si une partie des fans de la première heure a été dérouté voire déçu par La menace fantôme, ce rejet est loin de s'étendre au trois films. Qui plus est, le nombre de spectateurs a été plus important pour les épisodes I,I,III que IV, V, VI, notamment en Europe (aux USA, c'est plus complexe car nous ne disposons que de résultats en dollars et non en tickets vendus). En fait, comme pour Le retour du Jedi, il a fallu un temps d'adaptation pour que les fans s'approprient la prélogie. D'ailleurs si les films avaient été victime du rejet total dont nous bassine la presse, pourquoi aurait-il engendré une telle masse de produits dérivés ? Souvent onéreuses, les figurines ne se sont jamais aussi bien vendues durant la période 99-2005. Or, ce sont bel et bien les adultes qui les achètent, les enfants préférant les boites de Légo. Idem pour les Comics parus chez Delcourt en France. Ils ne s'adressent pas vraiment à un public enfantin, étant bien plus complexes à suivre que la série qu'édita Marvel (et Lug en France) entre 1977 et 1986. Enfin, si l'on regarde le marché de l'occasion sur des sites style Ebay, on voit là aussi que ce sont les adultes qui l'animent. On n'ose imaginer ce qui se serait passer si la prélogie n'avait déçu personne.

 

3 - Lucas a détruit son oeuvre avec la prélogie.

Disons le tout net : tout ce que fait Lucas depuis 1983 est sujet à critiques. Que cela soit les films qu'il a produit (Labyrinth, Howard le canard, Indy 2,3,4), les séries dérivées de Star Wars (de Droïds à Star Wars Rebel), son intervention numérique sur les épisodes IV,V et VI, et  bien sur la prélogie, on a l'impression que le bonhomme a eu tout faux ! On lui a reproché d'avoir attendu 2 ans avant de ressortir Episode I en DVD puis 7 avant de sortir la première trilogie sur le même support. On a critiqué sa mise en scène (pourtant parfaitement lisible), sa direction d'acteur (et par ricochet les acteurs, tous devenus subitement "mauvais" y compris des cadors comme Liam Neeson, Evan Mc Gregor ou Samuel L.Jackson) , ses scénarii, ses choix artistiques... Bref, comme si l'oeuvre ne lui appartenait plus, Lucas n'avait plus aucun droit sur ce qu'il a pourtant créé. D'ailleurs, en 2005, il disait "Je sais que certaines personnes voulaient voir Dark Vador tuer tout le monde. Ce n'était pas l'histoire que j'avais en tête". Gageons que si Michelange avait vécu à notre époque, il y aurait eu des tweets pour lui "conseiller" de mettre moins de personnages sur la chapelle sixtine.

 

Et pourtant , Lucas aurait-il vendu les droits de Star Wars à Disney pour une somme aussi pharamineuse (on parle de 4 MILLIARDS de dollars) s'il avait détruit Star Wars ? La prélogie aurait-elle eu un tel succès s'il avait détruit le mythe ? Les ventes en vidéos seraient-elles aussi importantes (amusez vous à compter le nombre d'éditions depuis l'antique K7 pan&scan jusqu'au coffret Blu-Ray sorti cette année !) pour un truc qui n'intéresse plus personne ?

 

Je ne pense pas.

 

Si, comme tout le monde, je suis en attente de voir Le réveil de la Force, comme en 1999 et en 1983 j'attends de voir le film avant de le trouver "génial" ou "à chier" ! Et j'avoue que le côté "JJ Abrams revient aux sources de Star Wars en matière d'histoire, d'effets spéciaux, de personnage" alors que quasiment personne n'a vu le film me laisse particulièrement dubitatif. 

 

Qu'on ne s'y trompe pas : je souhaite, je veux que Le réveil de la Force soit le plus grand , le plus beau, le plus passionnant de tous les Star Wars ! Parce que j'aime La guerre des étoiles depuis mes 9 ans, parce que j'ai encore envie de rêver de longues années aux aventures se déroulant dans une galaxie lointaine, très lointaine. Contrairement à certains qui de 97 à 2005 guettaient le moindre faux-pas de Lucas, j'espère de tout coeur que Abrams a rendu justice à la saga. Mais , et c'est sans doute là mon côté fan hard core qui parle, je n'oublie pas que tout est parti d'un homme, Georges Lucas, qu'il a révolutionné le cinéma dans bien des domaines et qu'il a voulu faire un immense cadeau aux fans en racontant la chute d'Anakin.

 

Puisse Abrams avoir réussi son pari !

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 07:05
Naboo présent dans les nouveaux comics

Quelques jours avant la sortie de l'Episode VII, Dinsey continue de mettre en place son nouvel univers. Je dis "nouveau" car tout ce qui a été publié de 1977 à 2014 est désormais considéré comme "légendaire", y compris les 10 volumes de Clone Wars, publiés chez Delcourt dont certains allusions et personnages , dont Quinlan Vos, sont directement cités dans La revanche des Sith.

 

Les Comics parus se sont surtout concentrés sur la période située entre Un nouvel espoir et L'Empire contre-attaque. Ainsi les deux séries "Star Wars" et "Dark Vador" parlent directement d'évènements découlant de la bataille de l'Etoile noire. Ainsi, dans sa série éponyme, Vador charge Bobba Fett de découvrir le nom du pilote qui a détruit la station spatiale. Ce point avait déjà développé dans l'univers désormais "légendaire".

 

Mais ce qui est intéressant, c'est que dans la mini-série consacrée à Leïla (qui se passe après Un nouvelle espoir) et dans l'autre intitulé "Les ruines de l'Empire - Voyage vers le réveil de la Force" (qui se passe immédiatement après Le retour du Jedi), la princesse se rend sur Naboo. Dans sa mini-série, elle y sent la présence de sa mère en observant un vitrail, dans Les ruines de l'Empire, elle ressent la présence de Dark Maul en entrant dans le hangar où sont situés les vaisseaux de Naboo. Le rôle de Palpatine en tant que sénateur de Naboo est également évoqué à plusieurs reprises.

 

Toutes ces séries sont éditées par Marvel aux USA et par Panini en France.

 

S'il est encore trop tôt pour voir ce que les films vont faire des épisodes I,II,III (malgré mes craintes, il me semble tout de même impossible que tout y soit jeté aux oubliettes), le nouvel univers étendu dessiné y prend tout de même quelques racines. 

 

C'est toujours cela de gagné.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 06:35
L'Episode VII fera-t-il table rase de la prélogie ?

J'ai beau faire attention à ne pas regarder le moindre spoiler et à éviter les sites d'infos "fiables" sur Le réveil de la force comme la peste, je suis tout de même tombé sur cette information, parue dans le numéro 225 des Années Laser. Dans un article où le magazine évoque les nouveautés cinéma à venir, Le réveil de la Force y est évidemment annoncé. Et au détour d'une phrase, on apprend que JJ Abrams aurait l'intention de cadrer le squelette de Jar Jar Binks , considéré comme "la pire faute de goût de toute la saga" par des millions de fans. Abrams a confié cette intention à Vanity Fair. Bien entendu, l'auteur de l'article acquièse tacitement cette idée confortant le cliché journalistique disant que la prélogie est inférieure à la trilogie d'origine.

 

Il faut d'ailleurs savoir que si l'on veut briller en société par rapport à Star Wars, il y a plusieurs choses à affirmer :

1 - L'Empire contre attaque est le meilleur des films.

2 - La prélogie est une daube.

3- Jar Jar Binks sucks 

4 - Les Ewoks, ça craint.

5 - Hayden Christensen est un acteur épouvantable

6 - La romance de L'attaque des clones est nunuche.

7 - La série Clone Wars ne vaut rien

8 - Lucas n'est qu'un mauvais scénariste et réalisateur.

9 - Les produits dérivés, c'est pour les gamins attardés.

 

Cette phrase de JJ Abrams pourrait faire penser que Disney, après avoir balancé 30 ans d'univers étendu aux oubliettes (désormais, tous les romans, Bds et jeux vidéos sortis avant 2015 sont considérés comme faisant partie d'un monde parallèle), s'apprête à en faire pareil avec la prélogie, pourtant largement supérieure en terme d'écriture, de dramaturgie et de visuels aux films de 77,80 et 83.

 

Jar Jar Binks serait le personnage le plus détesté de l'univers Star Wars. Mais par qui ? Par des adultes qui ont été incapables de garder leur oeil enfantin en 1999 surtout ! Quand La menace fantôme est sorti, je me suis rué sur l'avant-première organisée près de chez moi. Je suis ressorti avec le sentiment d'avoir remonté le temps, d'avoir retrouvé mes 9 ans quand j'ai vu pour la première fois Star Wars. Jar Jar ? J'avais trouvé que ce personnage était le parfait contrepoint comique d'une histoire bien plus grave que celle que la presse a descendue. Car, et là aussi, c'est faire preuve d'un minimum de mémoire, mais l'attente autour de l'épisode I était tout aussi démesurée que celle de 2015. Et le lynchage qui a suivi fut à la hauteur. Depuis tout ce que fait Lucas est frappé du sceau de l'infamie. Et tant pis si le public, ce ramassis de pouilleux qui paie sa place (à la différence d'un journaliste) a fait un triomphe à la prélogie. En France, Episode II est le film qui a le moins marché, mais ses entrées sont supérieures aux épisodes IV,V et VI.

 

En voulant cadrer le squelette de Jar Jar, JJ Abrams ne fait que de la démagogie. Il flatte le soit-disant fan de la pire manière qui soit. Il le fait de manière hypocrite qui plus est, car il pourra toujours balancer "c'est un hommage".

 

Personnellement, il y a un certain nombre de choses qui me gênent dans les bandes annonces. Mais cette façon de cracher sur une partie de la saga m'horripile. A la réflexion, je ne suis pas sûr que Lucas ait eu raison de confier son bébé. Après tout, la boucle était bouclée de la rencontre d'Anakin avec Qui Gon jusqu'à sa rédemption sur l'étoile de la mort autour d'Endor par son fils. L'univers étendu jouait parfaitement son rôle pour prolonger la saga.

 

J'espère me tromper car, à la différence de pas mal de pseudos-fans, je suis un vrai admirateur de la saga. J'en aime tous ses aspects, de Jar Jar à Wicket ! Et histoire d'enfoncer le clou, si personnellement, le film que je trouve le plus spectaculaire est La revanche des Sith, j'estime que L'attaque des Clones contient la plus belle scène de toute la saga, celle où Padmé avoue son amour à Anakin alors qu'ils vont entrer dans l'arène de Géonosis. La mise en scène de Lucas, la douceur de la lumière, le dialogue triste de Natalie Portman, le regard de Christen... Tout est parfait. Cette scène est le sommet du segment que j'estime être le plus beau de tous !

 

A JJ Abrams de prouver qu'il est capable de faire aussi bien. Mais de grâce, qu'il nous évite ce type de déclarations démagogiques. Et que Disney ait un minimum de respect pour ce qui a précédé sa nouvelle poule aux oeufs d'or.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment