Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 06:37
Taken 3 (*** 1/2*)

Le pitch : après avoir sauvé sa fille à Paris et échappé une terrible vengeance à Istambul, Bryan Mills va se trouver confronté à la mort de son ex-femme. Problème : tout le désigne comme coupable. Habitué à traquer ses proies, Mills va devenir le chassé.

 

Le danger qui guette toute franchise est la répétition. Dans les années 80, quand les séquelles sont devenues la norme, c’était d’ailleurs un des reproches que l’on pouvait faire. De nombreux succès voyaient leurs séquelles n’être qu’une simple redite, avec quelques aménagements, mais guère plus. Pour un Retour vers le Futur 2 qui proposait une histoire très différente, combien de Maman j’ai sauvé l’avion 2 qui se contentait de raconter la même histoire en changeant juste le lieu ?

 

L’arrivée en masse des films pensés comme des trilogies a changé la donne. Désormais, une histoire peut se raconter en plusieurs fois. Ce procédé peut parfois se retourner contre le film lui même, surtout si le succès n’est pas au rendez vous. Des années après leurs sorties, Jumper, Eragon ou La boussole d’or n’ont toujours pas connu leur conclusion, malgré des fins très ouvertes.

 

Pour Taken, Luc Besson a opté pour une solution médiane. On garde la même structure (un homme seul contre une organisation qui s’en prend à sa famille), mais on change le lieux, la personne en danger, la nature de la menace… Chaque film pourrait être vu de manière indépendante d’ailleurs. 

 

Ce troisième épisode ne déroge pas à cette règle, mais en y ajoutant un inspecteur de police dont l’intelligence est supérieure à celle de ces collègues, le scénario donne plus de corps à ce jeu de chat et de souris. Cependant, le procédé n’est pas nouveau : dans les années 60, cela a donné la série Le fugitif, brillamment remaké en 1993 avec Harrison Ford et dont la séquelle, US Marshall, parvenait aussi à prendre le concept à l’envers, le héros devenant le chasseur du premier film.

 

Ici, Brian Mills se trouve donc confronté à la police de son pays (alors que les autres films se passaient en France et en Turquie), mais il a toujours un coup d’avance sur elle. Dans Taken 1, il cherchait, dans Taken 2, il devait se sauver soi même. Dans celui-ci, il doit à la fois se justifier et trouver les coupables de la mort de sa femme. Il est d’ailleurs un peu dommage que le scénario dévoile trop vite le véritable instigateur de l’assassinat. 

 

Comme il aurait été surprenant qu’il doive à nouveau faire cavalier seul, Mills fait équipe à son équipe d’amis. Il reste bien évidemment le héros du film, mais subtilement, les tierces rôles prennent plus d’importance. Après tout, un 4e film basé sur l’équipe de Miles serait tout à fait possible. Cette astuce scénaristique permet de justifier qu’il dispose de moyens supplémentaires pour échapper à la police américaine.

 

Au delà de l’histoire, bien ficelée, nous pouvons analyser la mise en scène. Olivier Megaton a pris le relais de Pierre Morel et, même si certaines scènes sont sur-découpées (un exemple : l’explosion de la voiture de Mills est filmée sous tellement d’angles différents qu’on a l’impression que plusieurs sont détruites), le style est toujours aussi nerveux. Les bagarres à mains nues passent toujours aussi bien à l’écran et les voir se dérouler dans un milieu urbain différent des épisodes 1 et 2 permet à Megaton de tenter une autre approche. Ainsi, le gunfight dans le magasin d’alcool est sans cesse relancé par des jeux de miroir.

 

Bien entendu, certains pourront s’agacer de quelques plans aériens superflus. Ils permettent cependant de donner à Los Angeles un cachet certain. La skyline de cette ville étant plutôt réduite (rien à voir avec celle de New York ou Chicago), les vues des différents building permet de savoir immédiatement où l’on se trouve. Cependant, il ne faudrait pas qu’Olivier Megaton abuse de ces plans « à l’esbrouffe » dans le futur. Ici, le sujet s’y prête, mais cela ne sera pas forcément tout le temps le cas.

 

En intégrant Forest Whitaker à ce jeu de cache-cache, la franchise gagne un autre grand acteur qui semble ravi de participer au film. Là aussi, on pose peut être des jalons pour une autre direction de la franchise. Liam Neeson a déclaré qu’il ne reprendrait pas le rôle, mais un film avec Whitaker traquant de véritables criminels pourrait être tout à fait possible.

 

Le gros défaut du film réside tout de même dans ses personnages féminins. Si la fille et la femme de Mills avaient réussi à gagner une certaine épaisseur et surtout dépasser leur rôle de victime dans Taken 2, ici, elles redeviennent de simples silhouette. Famke Janssen meurt dans les premières minutes, Maggie Grace, malgré une tentative du scénario à la faire participer à l’action, est somme toute très passive. Rien d’étonnant alors que sa meilleure scène soit celle où elle fait face à la police.

 

Bien rythmé (on ne s’ennuie pas une seule seconde), plutôt bien filmé, avec de bons rebondissements, ce 3e épisode ne décevra pas les fans de la série. Cependant, si on le compare avec Non Stop, toujours avec Neeson (un film où le suspens est bien plus présent), on peut quand même dire que la franchise marque le pas. Taken 3 n’a d’ailleurs pas passé la barre des 100 millions aux USA, preuve que le public a été quelque peu déçu.

 

Attention donc à Europacorps de ne pas faire l’épisode de trop.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Salla Obscursium Invocat
  • Salla Obscursium Invocat
  • : BO US, BO France, BO Mondial, chroniques ciné, Chroniques DVD..... Toujours sans concessions et politiquement incorrect !!
  • Contact

  • Dave
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?
  • Enseignant, fan de cinéma et de métal, chanteur dans différents groupe de métal, collectionneur de tout ce qui touche à Star Wars... what else ?

La côte

***** Chef d'oeuvre !!

**** Très bon, allez y vite !!

*** 1/2 * Entre le bon et très bon, quoi...

*** Un bon film

** Moyen, attendez la vidéo

* Comment ai-je pu aller voir ça ??

L'affiche du moment

Rogue One